La vision est un sens très important pour une bonne partie des animaux. Elle est le produit de l’évolution et de la sélection naturelle. Il est intéressant de l’étudier pour comprendre une espèce car elle est souvent révélatrice des interactions qu’a un organisme avec son environnement.

Aujourd’hui on s’intéresse aux étoiles de mer ! Les étoiles de mer (Asteroidea) consituent une classe qui rassemble certains échinodermes, littéralement « ceux qui ont la peau épineuse ». Il en existe un peu de toutes les formes, de toutes les couleurs, bref : un peu pour tous les goûts ! J’ai choisi de vous parler d’un article qui étudie la vision des Linckia laevigata1 qui ont la spécificité d’avoir de longs bras et une magnifique couleur bleue. Cette espèce marine possède une distribution circumtropicale : on la trouve dans les zones autours des tropiques. Elle vit près des barrières de corail2 où elle se déplace grâce à ses Podia, de petits pieds mobiles, rétractiles, qui lui permettent de s’accrocher sur toutes sortes de supports, notamment rocheux. L’étoile bleue se déplace de quelques centimètre par minutes (~4-5 cm/min), mais… comment fait-elle pour savoir où elle va ?

Des yeux au bout des pieds

Au bout de leurs 5 (et parfois 4 ou 6) bras, dans une sorte de renfoncement où se greffe la multitude de podia, on trouve un pied un peu différent. Sur ce dernier, il y a des ommatidies : comme de tous petits capteurs réceptifs à la lumière qui sont étalés sur sa surface.

Podia d’une étoile de mer

Voici, en gros plan, l’œil de l’étoile de mer, composé de multiple ommatidies, colorées en rouge vif.

Entre 150 et 200 ommatidies forment chaque « œil », on parle d’œil composé. Les ommatidies font 25 micromètres de large, soit environ la moitié de l’épaisseur d’un cheveu !

L’étoile n’y voit pas très clair !

Spectre de sensibilité de l’étoile de mer aux différentes couleurs

Les yeux de notre étoile de mer ne sont pas très réactifs, il leur faut un quart de seconde pour s’apercevoir de quelque chose. Pour ce qui est de la vision en couleur… c’est un peu compromis. L’étoile de mer ne voit pas la vie en rose, mais plutôt en bleu. Elle est plus spécifiquement sensible aux longueurs d’ondes lumineuses de 450 nanomètres. Ces longueurs d’onde correspondent au bleu de l’océan lorsqu’on regarde vers la surface depuis le fond marin. Elle a donc plutôt tendance à voir les récifs en sombre (car ils ne réfléchissent pas la lumière bleue) et le reste de leur environnement en plus clair.

L’étoile ne perd pas le nord !

Vous l’aurez compris, l’étoile de mer n’a pas un œil adapté au cinéma : impossible de profiter d’un film avec une image saccadée, une résolution de 200 pixels et un rendu des couleurs aussi mauvais ! En revanche, ces petits yeux sont quand même bien utiles pour naviguer. Même si cette dernière n’est pas une grande voyageuse elle a tout de même intérêt à savoir où elle met les pieds, et surtout à ne pas s’éloigner de son milieu de vie : les récifs. Et c’est là qu’intervient sa vision. Des expériences ont ainsi montré que les étoiles de mer aveugles (une fois leurs yeux coupés aux ciseaux… ouille) partaient au hasard dans toutes les directions. Au contraire, les étoiles de mer « voyantes » allaient généralement dans la direction de ce qu’elles perçoivent comme plus sombre : les roches des récifs.

Mouvement observé pendant 25 minutes : les étoiles de mer voyantes reviennent (presque) toutes vers le récif lorsqu’elles sont positionnées à distance.

Mouvement observé avec les étoiles de mer aveugles : leurs déplacements sont anarchiques.

Des étoiles dans les yeux

On ne saura peut-être jamais ce que l’étoile voit véritablement, ce qu’elle perçoit, ce qu’elle ressent vraiment grâce à ses petits yeux orangés. Une chose est sûre, la vision des étoiles de mer est encore peu étudiée34 comme un certains nombres de ses comportements … des mécanismes qui restent à découvrir, et qui, espérons-le, nous en mettrons plein les yeux !


Les images et schémas 2,3,4 & 5 sont extraits du premier article cités ci-dessous © 2014 The Author(s) Published by the Royal Society. All rights reserved.


  1. Garm A, Nilsson D-E. 2014 Visual navigation in starfish: first evidence for the use of vision and eyes in starfish. Proc. R. Soc. B 

  2. Mueller B, Bos AR, Graf G, Gumanao GS. 2011 Sizespecific locomotion rate and movement pattern of four common Indo-Pacific sea stars (Echinodermata;Asteroidea). Aquat. Biol  

  3. Petie, R., Garm, A. & Hall, M.R. Crown-of-thorns starfish have true image forming vision. Front Zool 13, 41 – 2016 

  4. Birk Marie Helene, Blicher Martin E. and Garm Anders 2018 Deep-sea starfish from the Arctic have well-developed eyes in the dark Proc. R. Soc. B.28520172743